Les tenues de combat de l'armée française 1964-2000

Thème encore peu abordé dans les publications spécialisées mais pourtant déjà collectionné et reconstitué, l'armée française post guerre d'Algérie. En a peine 40 ans, les tenues au concept hérité de la dernière guerre mondiale ont évolué pour s'adapter aux nouveaux matériaux et aux guerres modernes.

La tenue de combat modèle 1964

Dite Satin 300

TOA en manœuvre, années 1970 (reconstitution)
TOA en manœuvre, années 1970 (reconstitution)

Fabriquée dès son adoption en 1964, elle est destinée à remplacer la tenue de combat toutes armes modèle 1947. Elle sera également utilisée en tenue de défilé.

La production de cet ensemble cesse en 1990 et les derniers 1000 ensembles commandés sont destinés à habiller les victimes de l'opération Daguet.

 

De couleur vert armé, le tissu employé pour sa confection est un coton satiné de 300 gr/m², ce qui lui vaut le surnom de "Satin 300". Les versions camouflées que l'on peut rencontrer de cet ensemble 1964 sont uniquement destinées au commerce et notamment à la chasse .

 

Evolution notable, cette tenue est traitée contre les infrarouges.

La veste

Digne descendante de la veste modèle 1947, on retrouve la coupe longue et les 4 poches de cette dernière. Par mesure d'économie, elle est uniquement fabriquée en 4 tailles "88, 92, 108, 120", modèle court ou long. De ce fait, le recours au tailleur pour adapter sa tenue est courant.

La nouvelle veste en détails:

  • Présence de boutons dans la nuque pour une capuche amovible (directement inspirée de la capuche de la veste M43 US).
  • Le col à chevalière se porte généralement ouvert avec le 6ème bouton non fermé.
  • La fermeture de la veste se fait par six boutons, dissimulés par un rabat. Un rabat interne fait office de coupe-vent.
  • Les 2 poches de poitrine aux coutures internes, sont à ouverture verticale et fermeture éclair (du haut vers le bas). Conçue de telle manière qu'elles ne s'ouvrent pas pendant la reptation du soldat.
  • Cordon de serrage à la taille.
  • Les 2 poches cargos de hanche aux coutures externes qui se ferment avec deux boutons dissimulés par un rabat.
  • Les manches ouvrantes se serrent avec un bouton et un deuxième qui permet de serrer le poignet.
  • Grande nouveauté d'inspiration américaine, une bande Velcro est disposée sur la poitrine pour y accueillir le nom du soldat. A l'incorporation, c'est une bande blanche qui est prévue pour le nom en attendant la bande patronymique brodée définitive.
  • Sur le torse, un carré Velcro accueille les grades.
  • Sur l'épaule gauche, le marquage "armée française".

Elle se porte par dessus la chemise alors réglementaire, la modèle 1952. A partir du milieu des années 1970, c'est la chemise F1 qui prend la suite. 

La capuche

La capuche amovible s'inspire directement de la capuche de la veste américaine modèle 1943.  Elle se fixe aux 5 boutons disposés sur le col de la veste. Au niveau des oreilles, 4 trous "d'aération" qui permettent en réalité de mieux entendre les sons lorsque la capuche est en place.  Pas beaucoup utilisée sur le terrain, elle sert souvent de couvre casque au casque modèle 1951 et diminue ainsi l'effet brillant de ce dernier.

La veste S300 "Guérilla"

Cette veste est un modèle développé spécifiquement pour les troupes de choc du 13ème Régiment de Dragons Parachutistes.  Avec ses faux air de veste de saut modèle 1956, elle dispose de poches plus grandes et plus nombreuses. Sous les bras, des fermetures éclaires permettent l'aération pour les moments "chauds". Dans la poche de poitrine, des logements dédiés permettent de loger stylo et crayons.

La "sous-veste"

La veste modèle 1964 ne possède pas de doublure à proprement dit. Pour la saison froide il est possible de porter une "sous-veste" ou l'équivalent d'un gilet. Initialement fabriqué en drap de laine, ce gilet ferme par 2 gros boutons et dispose d'une fente d'aisance dans le dos. Le modèle à manches longues dispose de manchette anti-gaz au bout des manches.

La superposition des vêtements limitant la mobilité au niveau des bras, la "sous-veste" modèle 1964 existe également en version sans manches. Identique à celle à manches longues (mais sans les manches!), elle se ferme toujours avec 2 boutons.

L'utilisation sur le terrain va rapidement entrainer la mise au point d'un second modèle de gilet, plus confortable. Coupe près du corps, il ferme par 4 boutons et dispose d'élastiques sur les cotés pour mieux s'assujettir à la morphologie du porteur (ce qui protège encore mieux du froid).

Le pantalon

Le pantalon toutes armes:

Proche du pantalon modèle 1947 modifié 1959, on retrouve les poches à soufflet aux hanches. Les poches revolver à la taille se ferment par un bouton. Un système de serrage par lacets permet de réduire le bas des jambes. Fabriqué en 6 tailles "34, 38, 42, 46, 50, 54",  chacune d'entre-elle est disponible en 4 longueurs différentes.

Tout comme sur la veste, un marquage d'appartenance figure au dos sous la ceinture.

 

Bon à savoir: Les doublures sont kaki claires sur les productions des années 1960-70, elle deviennent vertes vers la fin des années 1970.

Le pantalon armée de l'air:

Le pantalon de l'armée de l'air à une coupe identique à celle de l'armée de terre. Seule la couleur verte est légèrement plus foncée. Les marquages des étiquettes de production sont spécifiques aux effets de l'armée de l'air.

La casquette

Fabriquée en 3 parties, la casquette modèle 1964 se range facilement dans la poche du pantalon sans pour autant perdre sa forme.

Un modèle hivernal avec cache-oreilles est également mis au point.

La parka

Jusqu'à son remplacement par la parka modèle 1964, c'est bel et bien la capote en laine modèle 1947 qui fait office d'équipement "temps froid". Cette nouvelle parka moderne est en fait copiée sur la modèle 1948 de l'US Army. 

La parka en détails:

  • Double système de fermeture, boutons et fermeture éclair.
  • 2 poches de hanche.
  • Un carré velcro sur le torse pour les grades.
  • Une large capuche non démontable, qui permet de porter le casque par-dessous.
  • Boutons de fermeture aux poignées.
  • 1 lacet de serrage à la taille et un autre au bas de la parka, pour l'ajustement à la morphologie du soldat.
  • Tout comme la veste, le marquage "armée française" sur l'épaule gauche. Bon à savoir, si ce marquage est absent, il s'agit d'une production destinée à la gendarmerie.

La parka modèle 1964 dispose d'une doublure amovible qui permet l'utilisation de la parka tout au long de l'année (contre la pluie notamment). Un bouton au poignée vient se fixer dans la manche de la parka et évite ainsi le glissement vers le haut de la doublure.

La première version de cette doublure est réalisée en drap de laine. Une seconde version, plus agréable à porter, est réalisée en matière synthétique. 

La capuche de la parka n'est pas doublée.


La tenue de travail modèle 1978

Dite F1

Mise au point en 1978, cette nouvelle tenue est destinée à remplacer la tenue modèle 1947 utilisée en tenue de travail depuis l'adoption de la tenue S300. Relativement fragile, elle n'est pas prévue pour être portée au combat.

De conception plus légère, le tissu à chevron est composé à 35% de coton et 65% de polyester satiné d'un poids de 210g/m². 

 

La tenue F1 est produite de 1978 à 1987, uniquement en version vert armée. Les versions camouflées sont des versions commerciales.

La veste

La veste F1 comporte deux poches de poitrine interne à fermeture verticale éclair (de haut en bas) et deux poches cargos de hanche plaquées externes dont la fermeture se fait par deux boutons pression apparents. Un cordon de serrage permet d'ajuster la taille. La veste se ferme à l'aide de six boutons dissimulés par un rabat. Le col à chevalière se porte en général avec le sixième bouton non fermé. Le bout des manches se ferme par un bouton pression avec deux positions possible. Les pattes d'épaule sont à pression sur les premières versions. Elle sera remplacée par un bouton standard sur les dernières fabrications.

 

Veste d'avant 1985:

Sur les vestes fabriquées entre 1978 et 1985, l’étiquette indiquant le fabricant et la date de fabrication se trouve sur le revers de la poche intérieure gauche, tout comme sur les vestes S300. La taille est indiquée sur une étiquette dans le col. Le tampon HM sur le tissu indique que le tissu est traité contre le feu.

Le bas des manches est fermé par un bouton pression, néanmoins certaines vestes sont équipées de boutons standards.

Veste de fabrication tardive, 1985/1987:

Sur les dernières versions de la veste F1, le bouton pression qui maintient la patte d'épaule est remplacé par un bouton courant. Le problème de "l'ouverture" inopinée de la patte est ainsi réglé.

Le pantalon

Le pantalon de travail F1 présente deux poches de hanches et deux poches à la taille. Il se ferme par un bouton à la ceinture et une fermeture éclair. Les passants de ceinture sont au nombre de cinq et le bas des jambes s'ajuste grâce à un lacet.

 

Les boutons pression des poches de pantalon sont toujours lisses, et non grenelés comme sur les vestes.


La tenue de combat F2

Tenue de combat F2
Tenue de combat F2

La nouvelle tenue de combat F2 apparaît en 1986 afin de remplacer la Satin 300 au combat et la tenue de travail F1. Réalisée en tissu composé de 35% de coton et de 65% de polyester satiné de 270g/m², elle est de couleur vert OTAN. Véritable tenue "à tout faire", elle connait de nombreuses modifications et des versions camouflées avant son retrait officiel du service en 2016.

 

A savoir, elle est conçue dès l'origine avec des élastiques aux bas de la veste (taille) et du pantalon (chevilles). Cette modification était très souvent réalisée en unité sur les effets antérieurs, dès la guerre d'Algérie .

La veste

Veste à la coupe "près du corps", elle dispose de 2 poches de poitrine aux coutures internes à fermeture éclair verticale (du bas vers le haut). Sur les hanches, 2 poches cargos aux coutures externes et fermeture à 2 boutons pression apparents. Le bas de la veste présente de chaque coté un élastique qui permet le port en "blouson". Les pattes d'épaules sont maintenues par un bouton comme sur les dernières fabrications de la tenue F1. A noter également le retour d'un rabat interne comme sur les vestes S300.

 

L'étiquette de col indique la taille, le fabricant, l'année de production ainsi que le code taille OTAN.

A partir de 1990 apparaît une version camouflée désert dite "daguet", du nom de la première opération au cours de laquelle elle a été distribuée. Identique à la veste standard, le rabat interne est néanmoins supprimé. 

A noter qu'une fois lavé, le camouflage désert 1er type vire au rose.

En 1994 la veste F2 est modifiée et les poches de hanche sont supprimées.

En 1994 est également mis au point le modèle dit "outre mer". Le rabat interne est supprimé et le tissu chevron déjà employé pour la veste F1 est utilisé.

Nouvelle version de la F2 "Daguet", le camouflage tire sur le jaune "pisse", les poches de hanche ont disparu. Cette version n'évoluera plus jusqu'à la disparition de la F2.

En 1995 apparaît la version camouflée "Centre Europe". Outre la couleur, la veste reste identique à la version verte modifiée en 1994.

 

La tenue "Outre Mer" et son tissu chevron passe également en "Centre Europe".

A partir de 2006, le tissu de base devient plus foncé. Les dernières fabrications de veste F2 sont en tissu de tenue Félin (ripstop).

 

Vers 2010 le système d'étiquette de taille des tenues Félin est également utilisé.

Le pantalon

Le pantalon F2 a la même coupe que le pantalon F1. La grande différence est l'apparition d'élastiques au bas des jambes afin d'assurer un meilleur maintien sur les rangers. A noter que sur les pantalons F2, les boutons pressions sont grenelés.

Ci-dessous, les versions camouflées de la tenue F2:

La première version sable, entre 1990 et 1993. Suit ensuite la version sable d'après 1994, fabriquée uniquement en tissu outre mer. La version camouflée centre Europe apparaît à partir de 1995.

La parka

Le modèle a doublure amovible

Au milieu des années 1980 (vers 1986), la parka S300 est remplacée par un nouveau modèle, fabriqué en tissu imperméable. 

Dotée de 2 poches sur les hanches et d'une poche sur la manche gauche, elle possède une doublure amovible fixée par boutons. Pour la fermeture, on retrouve le double système de la parka S300, une fermeture éclair en plastique et des velcros. Sur le torse un carré de Velcro pour les grades. Le bas des manches est réglable grâce à des boutons pressions. La capuche est doublée.

Au début des années 1990 (vers 1991), apparait un 2ème modèle. Similaire à celle ci-dessus, les poches de hanche sont fermées par 2 boutons pression.

Le Modèle à doublure complémentaire

A partir de 1995-96 le principe de parka à doublure amovible est abandonné. Un blouson polaire kaki est adopté pour faire office de gilet grand-froid. Il peut être porté seul et dispose à cet effet d'un carré de Velcro sur le torse pour les grades et de pattes d'épaules.

Il comporte deux poches à fermeture éclair, un col montant avec élastique de réglage. Le bas des manches et la taille sont équipés d'élastique pour éviter les perditions de chaleur.

En complément du blouson polaire est développée une parka étanche pouvant être portée par dessus le blouson polaire ou tout simplement seule. Cette parka en tissu Gortex dispose de pattes d'épaule, d'un carré de Velcro sur le torse et d'une capuche à visière "stockée" roulée dans le col montant. Le bas des manches est ajustable grâce à des bandes Velcro et la fermeture de la parka est double. Elle s'effectue grâce à une fermeture éclair et des boutons pressions invisibles une fois le rabat fermé. 2 poches de poitrine sont accessible sous le rabat. Le mode d'emploi et les marquages fabricant se trouve sur 2 étiquettes distinctes à l'intérieur de la parka.

Sur le second modèle de parka Gortex les boutons pressions sont visibles. Deux poches de hanche à fermeture éclair ont été ajoutées.


Le matériel 1964-2000 en collection

Reconstitution armée française années 1990
Reconstitution armée française années 1990

Mine de rien, la tenue Satin 300 va sur ses 60 ans! Faute de documentation claire et concrète (jusqu'à présent), les vocations de collectionneurs pour ce matériel sont encore timides.

Les tenues suivantes méritent elles-aussi qu'on s'attardent dessus. Après tout, la fin du service militaire en 1997 a mis fin aux quantités "astronomiques" de tenues dont disposait l'armée. Il devient difficile aujourd'hui de trouver les versions des premières séries (où non) dans des tailles correctes (autre que nain ou géant).

 

Reconstitution "Opération Daguet - 1991"
Reconstitution "Opération Daguet - 1991"

 

Cet article permettra, je l'espère, de faire découvrir aux jeunes collectionneurs un panel de tenue qu'il est encore possible de trouver à des prix abordables. L'idéal pour commencer une collection de militaria!

Baptiste Guyenot

Groupe FB: reconstitution armée française 1962-1995 

Droits réservés.

Écrire commentaire

Commentaires: 0