Les capotes de l'armée française

A l'Ouest, rien de nouveau. Les capotes de l'armée française ont toutes été identifiées et décrites dans de nombreux ouvrages de référence. Néanmoins, il est rare d'avoir un aperçu global de l'évolution de ses dernières, chose que je m'efforce de faire ici.

 

Tout feu tout flamme au départ, je me suis vite calmé face à la palette de manteaux et capotes au sein de l'armée française. Pour faire simple, je me penche ici uniquement sur les capotes pour troupes à pied métropolitaine. Troupes montées, manteaux... on en reparlera plus tard...

Les capotes pour troupes à pied au XXème siècle

Ainsi nous survolons ici les capotes utilisées par les troupes à pied de l'armée française au cours du XXème siècle. Bien qu'il y ait eu des évolutions dans la conception, cela reste fondamentalement la même chose - une grosse masse de drap à porter par tous les temps.

Pour avoir goûté au "plaisir" de porter la capote en plein mois d'août en reconstitution historique, le changement de doctrine au lendemain de la seconde guerre mondiale, reléguant définitivement la capote à la tenue de sortie, n'a pu faire que des heureux!

 

Avis à mes lecteurs : vu que dans la plupart des cas je ne fais que reprendre des informations déjà traitées dans des livres de référence, je copie allégrement les textes de ces derniers . Pour respecter le travail de l'auteur initial, les passages copiés sont en italique et la source évidemment précisée. 


la Capote modèle 1877

Soldat du 152 RI en capote 1877, 1914
Soldat du 152 RI en capote 1877, 1914

 

La capote modèle 1877  troupe est réalisée en drap gris de fer bleuté. Cette teinte est obtenue par un mélange de 90% de laine bleu foncé et de 10% de laine blanche.

La capote croise sur le devant à l'aide de deux rangées de six gros boutons d'uniforme en tombac. Pour libérer les jambes, notamment lors de la marche, les pans de devant peuvent être relevés et accrochés au niveau du bas de la poche du dos, à l'aide d'une boutonnière. Le dos comprend deux poches verticales à pattes, une martingale réglable par deux petits boutons d'uniforme. A gauche, une patte en drap doublé de cuir permet de fixer le porte-baïonnette et soutenir le ceinturon. Le collet est droit, d'une hauteur de 40 mm et à coins arrondis, pour recevoir les pattes aux chiffres du corps. Les manches à parements ronds simples sont fendues à leur extrémité et fermées par un petit bouton d'uniforme. Doublure en toile de lin présentant, devant à gauche, une poche pour le pansement individuel. 

Source: livre "L'armée française dans la Première Guerre mondiale" de Laurent Mirouze

 


la Capote poiret

Paul Poiret, créateur de la capote du même nom
Paul Poiret, créateur de la capote du même nom

Dessiné par le couturier Paul Poiret, le premier modèle est décrit dès le 19 septembre 1914. En quelques mois, plusieurs variantes vont successivement être produites :

  1.  La capote Poiret avec 2 poches de poitrine sans martingale (plis dans le dos fixés à demeure),
  2.  la capote 2ème type avec une seule poche (suppression de la poche de gauche),
  3.  la capote 3ème type avec le retour des 2 poches de poitrine et une martingale,
  4.  la capote simplifiée modèle 1914/1915 avec 4 poches et une martingale.

 

Attention, afin de me faciliter la rédaction de cet article et aussi de simplifier la lecture du collectionneur "non-pointu" dans le sujet de la Poiret j'adopte ici la classification par 4 types telle qu'admise depuis de nombreuses années dans le milieu de la collection. Pour les pointilleux sachez qu'il existe une classification encore plus fine que je reprends en fin de partie dédiée aux Poiret.

la Capote poiret de premier type

Wounded French leaving hospital LOC 16633882624.jpg
Soldats équipés de capote Poiret quittant l'hôpital, source Wikimedia Commons

Décrite le 19 septembre 1914:

 

De coupe droite simplifiée, elle présente de nombreux avantages : elle économise du tissu, de la main-d'œuvre et est plus pratique et confortable que le modèle 1877 précédent. Taillée en une seule pièce pour tout le corps, seules 2 grandes pièces triangulaires sont ajoutées en bas, de part et d'autre. Elle est fermée par une rangée de 6 gros boutons en laiton,  identiques au modèle 1871. Les parements de manches du modèle 1877 et la martingale dorsale disparaissent. La patte de maintien du ceinturon et les brides d'épaule sont conservées. Le col, anciennement rigide et droit est dorénavant à revers demi-chevalière. Une instruction du 19 septembre 1914 précise que les insignes de col, avec le numéro de régiment, doivent être démontés de l'ancien modèle et cousus sur le collet de la nouvelle capote. Elle est équipée de 3 poches : une intérieure, en bas du devant droit destinée au paquet de pansement.

Les 2 autres poches se trouvent sur la poitrine et sont fermées par une patte équipée d'un bouton. Elles n'ont pas de rôle précis.

La couleur de la capote est officiellement dénommée bleu-gris, néanmoins de nombreuses nuances de teintes verront le jour en fonction de l'origine du tissu employé (des fournisseurs en France, Grande-Bretagne, Espagne ou encore Etats-Unis).

Source: les français à Verdun 1916

LA CAPOTE POIRET DE deuxième TYPE

PEYRON lazare elie 1915
1915, capote Poiret du deuxième type, source Wikimedia Commons

 Décrite le 2 novembre 1914:

 

Sur la capote dite du 2ème type, la poche de poitrine gauche est supprimée. Toutefois des capotes dites également de 2ème type sont produites sans aucune poche de poitrine. Il semble que les différents ateliers de production prennent plus ou moins la liberté de la mettre au non. Les soldats percevant ce second modèle dépourvu de poches utilitaires, vont alors se confectionner eux-mêmes des poches "artisanales" à la poitrine ou aux hanches. En raison de la pénurie de boutons du modèle 1871, les boutons du commerce sont autorisés. Apparaissent alors des boutons en bois, recouverts de tissu ou non, ou encore des boutons en corozo. 

Source: les français à Verdun 1916

 

 

 

 

La capote de 2ème type présentée ici a reçu une martingale montée par la suite.

LA CAPOTE POIRET DE troisième TYPE

Décrite le 9 décembre 1914:

 

En décembre 1914, les 2 poches de poitrine sont rétablies. La martingale dans le dos apparaît et les insignes rectangulaires de col de couleur jonquille réapparaissent. Néanmoins trop voyantes, ces pattes de collet ne seront portées que durant les premiers mois de 1915.

Source: les français à Verdun 1916, photos: forum Passion Militaria 

LA CAPOTE POIRET DE quatrième TYPE

Capote Poiret du 4ème type
Capote Poiret du 4ème type

Décrite le 24 mai 1915:

 

Début 1915, une étude fait apparaître qu'avec la guerre de position, les hommes ne portent pas suffisamment de munition sur eux.

Le 24 mai, une nouvelle version est donc proposée. Elle préconise l'ajout de 2 poches de hanche en toile renforcée, fermant par un rabat à 2 boutons. Ces grandes poches doivent permettre l'emport de munitions supplémentaires.

Ce n'est qu'en août 1915 que cette nouvelle modification devient officielle. Elle doit s'opérer sur toutes les capotes encore en magasin mais également sur toutes celles en service. L'opération doit être achevée pour novembre. C'est donc en casernement et au cours du repos des troupes que chaque capote déjà portée va subir l'ajout de ces 2 poches. Pour cette raison, le travail est fait rapidement avec plus ou moins de soin. Il n'est pas rare par exemple de trouver les 2 rabats taillés dans un tissu de récupération, de nuance différente que celle de la capote, qui a subi déjà plusieurs mois d'intempéries. Dans certains cas, la modification ne sera même pas apportée. A noter que les derniers modèles à sortir des magasins d'habillement après novembre 1915, possèdent des boutons en fer-blanc ou en zinc, en 2 parties.

Source: les français à Verdun 1916

La capote Poiret du 4ème type présentée ci-dessous est datée 1915.  Ce sous-lieutenant du 135e RI a rajouté des pattes au bas des manches avec son grade et a supprimé les sacs des deux poches basses à l'intérieur. La capote présente deux chevrons de front sur la manche gauche, trois chevrons de blessures sur la manche droite et un ruban de la croix de guerre sur la poitrine. 

Source: lefantassin.fr

Une classification plus fine

Pour aller plus loin dans le sujet, voici une reprise du texte de l'auteur nommé "66ème RI" sur le forum La grande guerre. Il affine d'autant la classification des types de capote dite "Poiret". A noter que je ne reprends ici que la classification des capotes "troupe". Consultez son article pour en apprendre davantage sur les modèles "cadre".

 

Note de l'auteur "66ème RI": j'ai bien conscience que cela modifie (et complexifie) beaucoup le système de numérotation mis en place dans les années 80 par F. Vauvillier, les fameux "4 types", (celui utilisé ci-dessus) mais ce système était de toutes les façons faux, puisqu'il manquait de très nombreux règlements dont certains fondamentaux. Notamment, je citerai la note du 28 octobre 1914 et surtout la primordiale instruction du 7 décembre 1914.

 

Pour clarifier les choses, je fais un récapitulatif des modèles de capotes dits "de coupe simplifiée" existant début 1915 selon ce que mes recherches m'ont permis de définir :

I. Capotes dites "modèle simplifié" de troupe : 

  • 1er Type - La Poiret (19 septembre 1914) : deux poches de poitrine, pas de martingales dans le dos (plis dans le dos fixés à demeure).
  • 2e Type (28 octobre 1914) :  même modèle que précédemment, adjonction de poches dans le bas du dos, analogues à celles du modèle d'avant-guerre (1877).
  • 3e Type (2 novembre 1914) : même modèle que précédemment, suppression de la poche gauche de poitrine (et de son rabat). 

II. Capotes dites "Nouvelle Tenue" de troupe :

  • 1er Type (7 décembre 1914) : même modèle que précédemment, rétablissement de la poche de poitrine gauche (donc deux poches de poitrine) et adjonction de martingales dans le dos.
  • 2e Type (9 décembre 1914) : même modèle que précédemment, adjonction de deux poches intérieures de portefeuilles dans la doublure.

Modification du 11 décembre 1914 : celle-ci ne définit pas de type, il s'agit d'une modification observée de façon occasionnelle sur certains effets.
En outre, l'ensemble des Modèles Simplifiés (les trois premiers modèles) ainsi que certaines capotes du modèle du 7 décembre 1914 (les modèles "nouvelle tenue" du 1er type), recevront parfois une unique poche de portefeuille dans la doublure au niveau de la poitrine (généralement à gauche) - en application de l'ordre du 11 décembre 1914. Cette instruction prescrit en effet que le livret individuel devra être porté dans la poche de portefeuille de la capote. Or, aucun modèle de "coupe simplifié" n'en comporte alors, on trouve donc parfois des poches cousues plus ou moins bien en unité dans la doublure.

Source: forum la grande guerre 


la Capote modèle 1915

Capote modèle 1915 en 1935 au 134 RI
Capote modèle 1915 en 1935 au 134 RI

En 1915, après une année de guerre, on revient à un modèle croisé de couleur " bleu horizon " (suite à la nouvelle réforme de 1915). Il apparaît en effet que ce dernier protège mieux la poitrine et le ventre du froid et de l'humidité ; il recouvre également mieux les jambes. Le développement rapide de la tuberculose parmi les troupes rend plus que nécessaire cette réforme d'ordre vestimentaire.

Néanmoins, en raison des stocks très importants des modèles Poiret, ces nouvelles capotes croisées adoptées officiellement le 16 août 1915, n'apparaîtront sur le front de manière significative que vers l'automne 1916. Il restera en activité jusqu'à l'Armistice.

 

Signalons qu'au milieu de l'année 1915, après une année de guerre, la France est parvenue à rétablir la situation de crise de l'entrée en guerre concernant les importations de tissu. De plus, elle a uniformisé la production. Pour ces raisons, la couleur des nouvelles capotes croisées se rapproche beaucoup plus du bleu horizon réglementaire sans qu'il y ait de nombreuses variantes de teinte ou de grosses différences dans la conception générale comme c'était le cas pour les modèles précédents.

 

Ce modèle de capote croisée est en fin de compte un condensé de tous les points positifs des modèles 1877 et Poiret.

Elle ferme par deux rangées de six boutons en fer-blanc demi-bombés, frappés d'une grenade. Ils sont généralement peints d'une nuance gris terne ou bleu clair, mats. Plus tard, ils seront recouverts de tissu bleu ou remplacés par des modèles en corne. 

De chaque côté de la taille une grande poche à cartouches renforcée de sangles et fermant à l'aide d'une patte à deux boutons. Les poches de poitrine ont, quant à elles, disparu. Tout comme les anciens modèles, les pans avant peuvent être portés attachés derrière le dos par deux boutons, facilitant ainsi le déplacement dans la boue des tranchées. De même, la patte de ceinturon et les brides d'épaule sont toujours présentes. Le large col chevalière est conservé. Il est muni sous sa partie gauche d'une patte de drap qui permet de le maintenir fermé en position relevée, par grand froid. Les pattes de collet sont toujours de forme rectangulaire, de couleur bleu horizon.

Source: les français à Verdun 1916,

L'exemplaire présenté ici est daté 1919. 

French soldiers on leave LCCN2014703827.tif
1915 soldats français munies de capotes modèle 1915 (et Poiret à gauche), source Wikimedia Commons

la Capote modèle 1920

Globalement similaire à la capote modèle 1915, ce nouveau modèle est paru au Bulletin Officiel du 10 juillet 1920. Les modifications apportées sont les suivantes:

Les anciennes poches à cartouches renforcées, sanglées et boutonnées, sont remplacées par des poches simples avec patte sans boutons. Suppression de la martingale, addition d'une deuxième patte de ceinturon au côté droit. 

Source: livre "1940 l'Infanterie" de François Vauvillier.

 

Ci-dessous une capote modèle 1920 bleu horizon. Datée 1921, elle fait partie des premières produites.

Capote modèle 1920 BH au 42 régiment régional de travailleurs en 1939 - Source Nico sur le forum MC Collec
Capote modèle 1920 BH au 42 régiment régional de travailleurs en 1939 - Source Nico sur le forum MC Collec

Nouveau modèle de capote mis au point au sortir de la première guerre mondiale, elle va connaître "toutes" les teintes utilisées au cours des années 20/40. Bleu clair et moutarde pour écouler les stocks, le kaki emblématique de 1939 et le bleu foncé des chasseurs.

 

Ci-dessous la capote kaki, emblématique du soldat français de 1939. A noter que celle-ci est dotée de sa martingale amovible.

Thulin 23 May 1940 - IR 469 - Wounded soldier and antitank gun from 158e RI
23 mai 1940 - 158 RI en capote modèle 1920 - source Wikimedia Commons

La Capote modèle 1920/35

Fondamentalement identique à la capote modèle 1920, des modifications mineures sont apportées à partir de 1935:

Une décision ministérielle du 12 septembre 1935 crée une tenue de sortie spécifique en drap kaki. La capote se porte alors le col ouvert, le haut de chaque devant maintenu par le deuxième bouton opposé. 

Décrite au bulletin officiel du 18 octobre 1935, les brides d'épaule sont remplacées par des pattes d'épaules en drap de fond, passepoilées en drap de distinction. Un passepoil de laine assortie est posé contre le bord supérieur du parement de chaque manche.

Cette tenue de sortie constituera la tenue de mobilisation de l'effectif actif, après changement des boutons en tombac ou étain pour des boutons peints en kaki mat, ainsi que, le cas échéant, l'échange des pattes de collet de la tenue de sortie contre celles de la tenue de campagne. 

Le 23 février 1939 des brides d'épaule passepoilées remplacent les pattes d'épaules sur la capote de tenue de sortie, qui peut alors être portée avec les pattes d'épaules (à rouleaux) de tenue de campagne. Le 20 avril 1939 sont définis les volets de dissimulation à poser sur les capotes ainsi que les boutons kaki mat de "temps de guerre".

Source: livre "1940 le soldat français" d'Olivier Bellec

 

Ci-dessous, cette capote modèle 1920/35 d'un soldat du 94 régiment d'infanterie présente les attributs du temps de paix. Les pattes d'épaules et les parements de manches sont passepoilés garance, couleur de l'infanterie.


la Capote modèle 1938

Capote 1938 au 22ème RTT, 1940
Capote 1938 au 22ème RTT, 1940

 

Décrite au journal officiel du 20 juillet 1939, elle ne sera distribuée qu'après la mobilisation de septembre 1939. Prévue pour remplacer la capote 1920/35, elle marque définitivement le pas par rapport à cette dernière.

 

De coupe droite elle ferme par une seule rangée de 5 boutons de 25 mm de diamètre, spécifiques à ce nouvel effet. Le col est néanmoins toujours muni du crochet de fermeture pour parfaitement jointer ce dernier. Les volets de dissimulation des pattes de col sont montés d'origine sur les capotes fabriquées entre fin 1939 et 1940. 

Les parements de manche sont rallongés et mesurent dorénavant 100 mm. 

De chaque coté de la capote se trouve une patte support de ceinturon et une fente d'accès aux poches du pantalon.

Capotes 1938 au 22eme RTT en 1939
Capotes 1938 au 22eme RTT en 1939

la Capote modèle 1941

Capote modèle 1941 chez les FFI (source Machordie forum militaria1940)
Capote modèle 1941 chez les FFI (source Machordie forum militaria1940)

Décrite au bulletin officiel du 5 avril 1943, la capote pour troupes à pied toutes armes modèle 1941, ne sera en fin de compte produite qu'à partir du 2ème semestre 1942.

 

De forme croisée, col ouvert transformable, fermeture devant par deux rangs de trois boutons, poches de coté, deux pattes de ceinturon, martingales dans le dos, brides d'épaules.  A ces caractéristiques classiques des capotes d'infanterie s'ajoutent des nouveautés empruntées au manteau de cavalerie: parements au bas des manches, fente boutonnée dans le dos. 

Prévue pour la tenue de campagne hivernale, elle est destinée à la tenue de sortie en été, la vareuse modèle 1941 composant la tenue de campagne ordinaire.

Texte de François Vauvillier, voir son article sur la tenue 1941-forum militaria1940


la Capote américaine

Capote US novembre 1944 - Photo LIFE - John Florea
Capote US novembre 1944 - Photo LIFE - John Florea

Adoptée pour l'ensemble de la troupe (de l'US Army) en 1939, cette capote en laine de coupe croisée présente 2 rangées de 4 gros boutons ornés de l'aigle US.  Dorés à l'origine, ils seront remplacés par des boutons en plastique vert (toujours avec l'aigle US) à partir de 1942 pour économiser le métal.

Un large col relevable vient offrir une protection supplémentaire contre le froid. Les épaules sont munies de pattes d'épaules. Au niveau des hanches, 2 larges poches à ouverture oblique. Dans le bas du dos, une fente munie de boutons permet de chevaucher une monture en ouvrant les boutons.

 

Les troupes françaises équipées à l'US vont toucher la capote américaine à partir de 1943. Boutons dorés ou verts, en fonction des stocks. Certains vont la franciser, en mettant des boutons lisses.

 

La capote présentée ci-dessous a appartenu au lieutenant Saounard, 1ere armée, 9 ème DIC.

Capote US françisée, 501 RCC, Vosges 1944
Capote US françisée, 501 RCC, Vosges 1944

la Capote modèle 1941/45

En tout point similaire à la capote modèle 1941, la modification parait au bulletin officiel du 27 juin 1945. Les brides d'épaules sont remplacées par des pattes d'épaules inamovibles. Cette mesure consacre la capote dans un rôle unique de vêtement de tenue de sortie d'hiver.

Texte de François Vauvillier, de son article sur la tenue 1941-forum militaria1940


la Capote modèle 1947

 

Découpée dans du drap cardé kaki brun, la capote est un vêtement de forme croisée par deux rangées de trois gros boutons d'uniformes. Elle possède un large col ouvert à revers transformable pouvant se boutonner, et des pattes d'épaules. Deux poches de type "raglan" à ouverture oblique sont pratiquées à hauteur de chaque hanche. Ces grandes poches sont parementées en drap de fond. Les manches sont de type "montée" sans parement dans le bas. Le dos terminé par une ouverture en fente sous la ceinture, est cintré par une martingale à deux boutons. L'intérieur est doublé de toile kaki clair jusqu'à la taille; chaque devant intérieur possède une poche revolver fermée par une patte à boutonnière.

Source: livre "La Légion Etrangère en Algérie" de Raymond Guyader.

 

 

Ci-dessous la présentation détaillée de la capote modèle 1947 par la direction générale de l'intendance. Ce document était avant tout destiné aux fabricants.

L'inspiration américaine pour cette nouvelle capote est indiscutable, tant et si bien que la capote modèle 1947 est utilisée en reconstitution historique US ww2 en lieu et place de la capote US originale - en ayant changé les boutons bien sûr!

Gaston Ladalle

Merci à Baptiste et François pour leur aide.

 

Sources: livres le soldat français d'O. Bellec, la légion étrangère en Indochine/Algérie de R. Guyader, les Paras Français en Indochine de Adam & Pivetta, "L'armée française dans la Première Guerre mondiale" de Laurent Mirouze.

 

Si vous aimez, partagez maintenant! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0