Les sacs de couchage de l'armée française

Elément peu voir pas documenté dans le milieu de la collection, le sac de couchage fait partie intégrante du matériel de campement du soldat, notamment à partir de la deuxième moitié du XXème siècle. 

Nous nous penchons ici sur les modèles règlementaires et ceux couramment utilisés par le soldat français au cours du XXème siècle. Comme pour tout le reste du matériel, le soldat peut se procurer son propre matériel dans le commerce, dans ce cas libre à lui de prendre ce qu'il jugera le mieux.

Les sacs de couchage de l'armée française au XXè siècle

Couchage à Mailly le camp, début 1900
Couchage à Mailly le camp, début 1900

Pour le couchage, il faut distinguer le couchage en casernement de celui sur le terrain.

  • A la caserne il va de soi que le soldat se couvre avec une couverture, celle dite de campement.
  • Sur le terrain, le soldat est équipé d'une couverture dite "couvre pieds" qui correspond à une demie couverture de campement. Pour couvrir le reste du corps, il utilise sa capote.

On est encore loin du sac de couchage "englobant" tel qu'on le connait aujourd'hui.

Le sac de couchage modèle 1885

Sac de couchage modèle 1885
Sac de couchage modèle 1885

Il existe bel et bien un sac de couchage dans l'armée française, et ce dès 1885! Néanmoins, ce n'est pas le sac que tout campeur connait aujourd'hui, il s'agit simplement d'un sac d'hygiène destiné au casernement.

Confectionné en toile de chanvre ou de lin, il est prévu pour être utilisé sur le matelas dans la chambrée. Le soldat se glisse dans ce sac avant de se couvrir avec la couverture. Prévu pour être changé à "chaque changement d'occupant" il évite l'usure trop rapide des couvertures et draps de lit et assure un certain degrés d'hygiène dans les casernements.

Voici un exemple de sac de couchage. Bien entendu il n'est pas emporté sur le terrain et sa valeur thermique est très faible.

Source photos: Laurent Brun et Spartacus sur MC3

Description du sac au bulletin officiel de 1905:

Description du sac en 1935: il est toujours d'actualité...

Toujours utilisé et fabriqué après bien plus de 100 ans de service... Ici un exemplaire fabriqué en l'an 2000.

Le sac de couchage américain

Extrait du Quatermaster Supply Catalog 1946
Extrait du Quatermaster Supply Catalog 1946

Dénommé "Bag sleeping wool", il est adopté en février 1944 par l'armée américaine et remplace le modèle 1940. Très largement diffusé et utilisé sur le terrain par les soldats de l'oncle Sam, il va bien entendu être utilisé par les soldats français équipés à l'US et les nombreux petits malins qui se le procureront.

Pour mémoire, le soldat Français en campagne emporte pour le couchage une demie couverture (le couvre pieds) et sa capote en laine. Cette doctrine étant toujours d'actualité en 1945 et l'immédiat après guerre, il est évident que les soldats se procurent les sacs américains, plus simples et plus confortables. Des sacs de couchages US sont d'ailleurs versés aux inventaires des régiments comme le prouve le cachet "campement" visible sur une des photos ci-dessous. Difficile de dire combien de temps le sac US a été utilisé, certainement au moins encore au cours des années 1950.

 

Equipé d'une fermeture éclair, ici de marque Talon, avec une ouverture à mi-homme, le sac de laine est équipé de lanières en coton à sa base. Ces dernières permettent de maintenir le sac enroulé sui lui-même pour le transport. Une housse en toile imperméable (disponible en couleur OD3 et OD7) peut être adjointe au sac, les lanières coton se glissant au travers de fentes prévues à la base de la housse.

La housse imperméable US modifiée: on trouve en collection des housses imperméables de fabrication américaine (dument tamponnée US) régimentées dans l'armée française. Elles sont néanmoins retaillées. Reprenant à l'origine naturellement la même forme sarcophage que le sac de couchage qu'elle doit protéger, elle présente donc les mêmes inconvénients lorsqu'il faut s'en extraire rapidement. La housse US retaillée reprend la forme du sac modèle 1885 vu plus haut. En l'absence de documentation ou témoignage sur son utilisation, on peut émettre 2 hypothèses:

  • Transformation de cette toile imperméable en sac à viande destiné a être glissé sous la couverture à la caserne ou dans le sac de couchage sur le terrain - cette version semble à l'heure actuelle la plus plausible.
  • "Amélioration" de la housse de protection (externe) pour permettre une extraction plus aisée du sac lorsque l'on est sur le terrain. Cette housse étant plus légère que la version française des années 1950 (voir plus bas).

Le premier sac de couchage français

La version en laine

A gauche le français, à droite l'US
A gauche le français, à droite l'US

A l'aube des années 1950 dans un soucis de rééquiper l'armée française avec du matériel moderne et surtout "national", l'intendance se penche sur un sac de couchage facilement transportable (sur le véhicule) et garantissant un confort minimal en campagne. Par confort, il faut entendre imperméable à l'eau lorsque que vous dormez par terre... ce qui n'est pas le cas avec la capote ou couverture.

Forcément le sac de couchage américain sert de base de travail pour son développement. 

Adopté au début des années 1950, l'année modèle exacte reste encore inconnue à ce jour, les 4 seuls exemplaires que j'ai pu observer sont tous datés de 1953 et 1954. J'imagine alors qu'on pourrait parler d'un modèle 1952...

Sensiblement de la même longueur que le sac américain, il est plus ample sur la largeur même s'il reprend globalement la fameuse forme "momie". 

Tout comme le sac américain l'était dans les années 40, le sac français est fait dans le même type de laine que les couvertures contemporaines à sa fabrication, une laine assez lourde tirant sur le gris. Prévu pour être également utilisé sans sa housse imperméable, cette couleur de laine rend le sac bien moins visible que le brun clair US. Muni d'une fermeture éclair jusqu'à mi homme, les œillets bordant cette dernière permettent de lier le sac à sa housse à l'aide d'un lacet. Des petits passants en toile sont disposés régulièrement sur le sac et permettent de solidariser le sac et la housse, cette dernière étant munie de lacets au même niveau que ces passants. Les marquages du fabricant et tampon de réception sont apposés sur la pièce de tissu destinée à cette usage au niveau de la nuque.

La housse imperméable de protection du sac est, sur le même modèle que le sac américain, indépendante du sac. Il est ainsi tout aussi possible d'utiliser la housse seule, quand la température le permet, que le sac. Gain de place et de poids évident et la longévité en elle même du matériel est améliorée, un élément pouvant être changé en cas d'usure prématurée. Fabriquée dans une toile enduite parfaitement étanche, la housse présente néanmoins sur la partie haute une partie en toile de coton non enduite imperméable censée laisser passer la chaleur/transpiration humaine et éviter l'effet "sauna"... Les marquages fabricant et tampon de réception sont appliqués directement à l'intérieur de la housse, sur la toile au niveau de la nuque.

Une sangle indépendante en toile de coton est fournie avec le sac pour le maintenir roulé sur lui-même en position de transport.

Les fabricants: la documentation sur ce sac de couchage étant inexistante, je liste ici sur les 2 seuls fabricants relevés à ce jour:

  • SEDPA Bergerac: les sacs observés sont datés de 1953 et 1954. La société est spécialisée dans la confection de vêtements militaires et voilure de parachute.
  • Société ARIEL d'Aizenay:  Aucune date n'est visible sur le sac. La société a été créée en 1951 pour fabriquer des vêtements militaires.  Source Ouest France.

La version en coton

Il existe une version coton de ce sac premier modèle. Malheureusement faute de documentation sur le sujet, il est impossible de dire quand cette version est apparue. En même temps que le sac en laine, une version hiver et une été? Je pencherais plutôt pour une évolution du sac premier modèle en laine vers une version en coton plus agréable et légère. Après tout, c'est le sac modèle 1963 qui se profile déjà à l'horizon.

De forme et conception similaire à la version laine, seule la toile de coton diffère pour le sac de couchage. Du coté de la housse de protection la toile imperméable (par rapport à la toile plastifiée) est plus étendue que sur la version antérieure. L'effet "étuve" devant être trop important. Malheureusement en l'absence de marquage sur ce sac et sa housse, je ne peux en dire plus.

Le sac de couchage modèle 1963

Sac modèle 1963 fabriqué par Warein en 1969
Sac modèle 1963 fabriqué par Warein en 1969

A l'aube des années 1960 la conception même du sac de couchage de premier modèle commence à dater avec le sac d'un coté et la housse de protection de l'autre. Que dire alors de la laine et de son poids...

En 1963 est adopté un sac de couchage de nouvel génération. Le liner plastifié est dorénavant partie intégrante du sac et garantit l'étanchéité au contact du sol. La toile employée pour le sac est en coton de teinte verte. Tout comme son prédécesseur l'ouverture est au centre du sac et se fait jusqu'à mi-hauteur.

Pour le rangement et le transport, le sac s'enroule sur lui-même pour venir se loger dans la housse fixée à demeure au niveau de la tête. 2 sangles fixées à la housse permettent de maintenir l'ensemble fermé. 

Le sac de couchage modèle 1971

Le sac de couchage modèle 1971 TTA

Sac modèle 1971 produit par Boutillier en 1972
Sac modèle 1971 produit par Boutillier en 1972

Moins de 10 ans après le développement du sac modèle 1963, un nouveau modèle est adopté. 

Le nouveau modèle est de conception plus simple, un "bête" rectangle avec une fermeture éclair sur le coté et sur toute sa longueur. Il est dorénavant possible de l'ouvrir complètement pour en faire un grand tapis de sol.

En utilisation normale, la face en contact avec le sol est imperméable en toile plastifiée. Au dessus de la tête la poche de rangement du sac peut, tout comme son prédécesseur, faire office de tiroir de rangement "au sec" pour la nuit.

L'extraction du sac en cas d'urgence est facilitée par l'ouverture tout du long (on laisse ouvert tout simplement), ce qui n'était pas le cas avec une ouverture à mi-homme. 

 

Grandes nouveautés:

  • la longueur opposée à la fermeture éclair est équipée de boutons pressions. Ils sont destinés à fixer le poncho réglementaire et ainsi former un abri de fortune.
  • Il est possible de coupler ce sac à un autre sac du modèle 71 afin de dormir à deux. Prévu pour les régions/saisons froides et se maintenir mutuellement au chaud avec son camarade.

Lorsque le sac n'est pas utilisé, il se roule sur lui-même pour prendre place dans la pochette de rangement fixée à demeure. 2 sangles cousues à la pochette viennent maintenir l'ensemble fermé et réduire l'encombrement.

Du coté des fabricants: Warein à Flers, Willefert à Annoeullin, Boutillier à Carvin, Brun à Clermont-Ferrand, Covetra à Merville.

Sac modèle 1971 dans la chambrée à la Résidence des pins de Beyrouth 1982 - Source ECPAD
Sac modèle 1971 dans la chambrée à la Résidence des pins de Beyrouth 1982 - Source ECPAD

Le sac de couchage modèle 1971 Gendarmerie

Sac modèle 1971 spécifique à la gendarmerie
Sac modèle 1971 spécifique à la gendarmerie

Les gendarmes disposent de leur propre modèle de sac 1971, de couleur bleu. De forme similaire, un grand rectangle, il peut également s'ouvrir en totalité. Destiné avant tout à un usage au sec en casernement (sur un lit de camp) son imperméabilité est inutile et toute relative. Un oreiller peut être loger dans son sac de "tête". Il se range dans un sac prévu à cet effet, dépourvu de sangle de serrage contrairement à son cousin kaki. A noter que le sac présenté ici est pourvu d'un sac à viande en drap blanc, destiné à être changé avec tout nouvel occupant... le sac n'étant pas personnel.

Le sac de couchage TTA trapezoïdal

Sac TTA produit par Warein en 1983
Sac TTA produit par Warein en 1983

Au début des années 1980, rebelotte, on redéfinit le sac de couchage. La fermeture éclair tout du long a montré ses limites, notamment au niveau de l'isolation thermique. Ainsi on revient à une ouverture centrale à mi-homme (enfin un peu plus long, à hauteur de braguette). Nouveauté, la fermeture est oblique. Plus facile à manœuvrer lorsqu'on est dans le sac, elle facilite également l'extraction d'urgence (sac fermé mais fermeture éclair ouverte). Les boutons pression qui permettent de fixer le poncho réglementaire pour faire un abri de fortune sont toujours présents.

Tout comme les versions antérieures, non utilisé le sac se roule (ou se bourre) dans sa sacoche de rangement fixée à demeure. 2 sangles viennent serrer l'ensemble.

Du coté des fabricants: Warein à Flers puis Warein à Lille, Willefert à Annoeullin.

Sac TTA dans la chambrée des artilleurs du 12e RA à Sin El Fil, périphérie est de Beyrouth 1983. Source ECPAD
Sac TTA dans la chambrée des artilleurs du 12e RA à Sin El Fil, périphérie est de Beyrouth 1983. Source ECPAD

Le sac de couchage TTA modèle F1

Sac de couchage F1 produit par Warein en 1991
Sac de couchage F1 produit par Warein en 1991

Dernier modèle règlementaire du XXème siècle, le sac de couchage modèle F1 est fabriqué à partir de 1990. Dénommé "modèle 1992" sa forme diffère peu du trapézoïdal précédent. Les boutons pressions pour fixer le poncho sont toujours présents.

A noter le remplacement des boucles en métal pour passer les sangles de serrages par des clips en plastique à ouverture rapide.

 

La grande nouveauté par rapport à ses prédécesseurs, ce sac est pensé d'une manière "modulable" et adaptable aux besoins (froid, humide) grâce à des accessoires indépendants. Ces derniers sont détaillés plus bas.

Les accessoires du sac modèle F1

A gauche le sac intérieur, à droite le modèle F1
A gauche le sac intérieur, à droite le modèle F1

Un sac complémentaire destiné à augmenter la résistance au froid du sac modèle F1 est développé et adopté parallèlement. 

Dénommé "sac intérieur pour sac de couchage" il se glisse tout simplement à l'intérieur du sac F1 (ou autre modèle plus ancien) comme on le ferait avec un sac à viande.

Augmentant sensiblement la résistance au froid, il peut aussi être utilisé seul sans sac de couchage à la saison chaude.

Sursac en Gore-tex fabriqué par C.S.V. en 2000
Sursac en Gore-tex fabriqué par C.S.V. en 2000

 

Pour les bivouacs sur le terrain une housse en Gore-tex est adoptée en 1996. En camouflage de type Centre-Europe, elle est imperméable jusqu'à un certain niveau de pluie seulement... (anecdote d'un ancien du 110 RI).

Le sac de couchage se glisse dedans et la fermeture se fait par des Velcros. 

 

Gaston Ladalle

Merci à JHF, Franz, Baptiste, Aurélien et Vincent.

 N'ayant pas de sac modèle 63, ni 71 sous la main, si l'un de mes lecteurs souhaitent faire de meilleures photos de ces sacs, qu'il n'hésite pas!

 

Consultez ici l'agenda des reconstitutions historiques.

Si vous aimez, partagez maintenant!

Écrire commentaire

Commentaires: 0