La tenue de la 1ere DFL en 1942

Pour ce nouvel article "topo-tenue" du blog de reconstit.fr, nous abordons à nouveau un thème peu représenté sur les campements de reconstit'. Nous nous penchons ici sur les FFL et leur célèbre victoire à Bir Hakeim en Libye, en 1942.

RECONSTITUER LA TENUE De la 1ere DFL

Les recherches historiques

Avant de se monter une nouvelle tenue de reconstitution historique il convient de faire quelques recherches sur le sujet. Outre la qualité de reconstitution, des connaissances historiques vous permettront de répondre aux éventuelles questions des visiteurs.

 

Les grandes lignes:

Bir Hakeim, parfois écrit Bir Hacheim ou Bir Hakim (signifiant le puit du sage) est le site d’un ancien poste méhariste et d’un puit tarit, situé à 60km au sud-est de Tobrouk en Libye.  D’importance stratégique au cours de la bataille du désert,  il est le point de résistance le plus au sud du dispositif défensif britannique. Cette ligne de défense fait face aux forces italo-allemandes à l'ouest et a la frontière égyptienne dans de dos, à l'est. Elle doit mettre en échec les forces mécanisées de l’axe en les forçant à faire un très grand détour par le sud pour contourner l’ensemble des armées Britanniques. Après avoir contourné Bir Hakeim les forces Italo-Allemandes, gênées par cet îlot de résistance, cherchent à le réduire. La mission de la première Division Française Libre qui occupe le lieu est de tenir le point jusqu’à ce que les Britanniques repoussent effectivement les forces de l’axe. Personne ne s’image alors que les français vont subir une attaque aussi importante.

 

La 1e DFL est composée à cette époque de :

- La 13eme Demi-Brigade de la Légion Etrangère (13DBLE), formée des 2eme et 3eme bataillons de la Légion Etrangère (2BLE et 3BLE).

- Une Demi-Brigade Coloniale, formée du « Bataillon de marche n°2 » (BM2), du Bataillon du Pacifique (BP) et du 1er Bataillon d’infanterie de Marine (1BIM).

- Le 1er Régiment d’Artillerie (1RA).

- Le 1er Bataillon de Fusiliers Marins (1BFM) servant des canons de DCA.

- La 22eme Compagnie Nord-Africaine (d’effectifs très réduits).

- La 1ere Compagnie Anti-Chars.

A noter que cette division est composée de ressortissants de tout l’Empire, rassemblés sur le sol africain pour défendre la patrie, comme le dit la chanson : « le chant des Africains ».

Bir Hakeim
Bir Hakeim

Le camp de Bir Hakeim est organisé en tranchées et abris de faible profondeur, la nature du sol le rendant très difficile à creuser. Il est également entouré de champs de mines, destinés à canaliser les forces ennemies en des points stratégiques.

 

Du 27 mai au 11 Juin 1942, la 1ere DFL résiste courageusement à un ennemi dix fois supérieur en nombre, équipé de chars, d'avions et d'artillerie lourde. Autant de matériels qui fait défaut aux français.

Les italiens puis les allemands n'ont de cesse d’attaquer la position avec des moyens de combat lourds : chars moyens, artillerie lourde, chasseurs et bombardiers.

Par leur résistance héroïque, en infligeant de très lourdes pertes à l'ennemi (un ratio de plus de dix pour un), en détruisant 51 chars, en harcelant les arrières de l’adversaire par les raids incessants des « Jock-colonnes », les Français retiennent l’ennemi durant deux semaines.

Ainsi, malgré leur repli, ils remportent une incroyable victoire stratégique et permettent la victoire décisive d’El Alamein.

Les photos d'époque:

Suivant le sujet reconstitué il existe plus ou moins de documents d'époque permettant de visualiser la tenue. Les photographies de la bataille de Bir Hakeim sont nombreuses sur internet et permettent de se faire une bonne idée des équipements portés par les soldats. On dispose notamment d’un bon fond sur le site www.1dfl.fr.

 

Ci-dessous, des photos du retour des soldats dans les lignes alliées, après avoir brisé l’encerclement. Dans la nuit et la confusion, les unités se sont beaucoup mélangées.

Miss Travers, chauffeur du général Koenig
Miss Travers, chauffeur du général Koenig

 

Miss Travers, seule femme de Bir Hakeim et seule officiellement engagée dans la Légion étrangère jusqu’à aujourd’hui. Cette jeune Anglaise s’engage très tôt dans les FFL, par volonté d’aller au front. Elle remplie courageusement son rôle de chauffeur du Général Koenig, dont elle était également la maitresse...

 

 

La tenue

La première DFL est stationnée en Angleterre et fait partie de la VIIIeme armée britannique. Pour cette raison elle est équipée d’un panachage de matériel britannique et français.

A Bir Hakeim les soldats de la 1ere DFL sont habillés d’uniformes britanniques, battle dress en laine, short et chemises en coton plus adaptés au climat. Les brodequins, brelages, casques, bidons et les armes sont d’origine françaises ou britanniques.

 

Cette tenue représente celle d’un légionnaire de la 13DBLE. Il n’y a pas beaucoup d’éléments à changer pour représenter d’autres unités (se référer aux photos d’archives).

Le soldat de droite est équipé d'un brelage français en cuir (Rémi D.), celui de gauche d'un brelage anglais pattern 37 (Clément D.)
Le soldat de droite est équipé d'un brelage français en cuir (Rémi D.), celui de gauche d'un brelage anglais pattern 37 (Clément D.)

Les éléments de la tenue :

Deux variantes très courantes de la tenue sont représentées ici:

  • Képi Légion modèle 1931 : en laine bleue marine (flancs) et rouge (le dessus), avec grenade brodée sur l’avant, et couvre-képi en coton blanc.
  • Lunettes de montagne (soldat de gauche): ces lunettes issues du marché civil protègent les yeux du sable et surtout du soleil.
  • Masque Eye-shield (soldat de droite): ce masque pliable anglais est à l’origine destiné à protéger des épandages d’aérosols ou gaz toxiques. Il est ici utilisé pour protéger les yeux du sable.
  • Chemise Aertex: la chemise britannique en maille spéciale très aérée est spécialement conçue pour le désert et les zones tropicales.
  • Short « Bombay Bloomer » (soldat de gauche): short britannique prévu à l’origine pour l’armée des Indes, à la longueur réglable par un bouton (pantacourt ou short).
  • Short Khaki Drill modèle 1941 (soldat de droite): ce short en toile de coton fait partie de la tenue tropicale ou désertique britannique.
  • Brelage britannique  « 37 Pattern Webbing » (soldat de gauche) : constitué d’un ceinturon, de deux cartouchières, de bretelles de suspension et d’un bidon indépendant.
  • Brelage français (soldat de droite) : constitué de trois cartouchières modèle 1916, d’un ceinturon modèle 1903/14 et de bretelles de suspension modèle 1892/14, ce brelage est le même qu’à la fin de la première guerre mondiale. Le fantassin emporte également un bidon de deux litres modèle 1935 et une musette modèle 1892.
  • Guêtres britanniques (soldat de gauche): encore du 37 pattern Webbing.
  • Bandes molletières (soldat de droite): du modèle britannique, plus courtes que les françaises.
  • Brodequins français modèle 1917 : du modèle réglementaire, parfois remplacés par des brodequins britanniques « Ammo boots ».
  • Mousqueton Berthier m16 (neutralisé selon normes en vigueur) (soldat de gauche) : version courte du fusil Berthier modèle 1916, de calibre 8mm Lebel. Arme française.
  • Fusil MAS 1936 (neutralisé selon normes en vigueur) (soldat de droite): ce fusil à verrou en calibre 7,5mm, est très simple, fiable et précis. Il est distribué au CEFS en 1940, dont fait partie la 13DBLE. Arme française.
Tempête de sable en Lybie
Tempête de sable en Lybie

 

Lorsque les tempêtes de sable se lèvent, les soldats se protègent comme ils peuvent.  Le sable s’infiltre absolument partout, dans les vêtements, les yeux, la bouche et ca peut durer des jours…

L'envers du décor

Après des recherches historiques et des heures à consulter les photos d'archives, vous passez à l'acte et montez votre tenue. Il existe de nombreux sites et magasins qui vendent des copies pour la reconstitution, néanmoins les thèmes British et France 40, qui composent cette tenue, ne sont pas forcément des plus "faciles" à trouver.

 

Pour les éléments originaux, foncez dans les brocantes, les surplus, les bourses militaria, sur eBay ou Le Bon Coin !

Facebook est également un très bon moyen de trouver du matériel original ou de la repro neuve et d’occasion.

 

Voici comment j'ai monté ma tenue, autant de conseils et d'astuces pour la vôtre !

  • Képi Légion modèle 1931 : c’est un exemplaire original des années 1940-50 trouvé en surplus militaire. Son couvre-képi est une fabrication maison en coton.
  • Lunettes de montagne: celles-ci sont des originales, du marché civil, achetées aux puces.
  • Eye-shield : reproduction fabrication maison, les originaux sont encore courants et bon marché.
  • Chemise Aertex : issues du magasin What Price Glory.
  • Short « Bombay Bloomer » : issue du magasin What Price Glory.
  • Short Khaki Drill : issue du magasin What Price Glory.
  • Brelage, Guêtres et Bidon Pattern 37 : originaux trouvés sur le site Le Bon Coin.
  • Ceinturon modèle 1903/14: excellente reproduction du magasin polonais Nestof.pl, qui contrairement à d’autres, a l’épaisseur des originaux (4-5mm).
  • Cartouchières modèle 1916: reproduction d’origine inconnue, vous pouvez en demander à Paul Bennardo, ou Denis Sempe (contact via facebook). Il existe aussi de bonnes reproductions sur nestof.pl.
  • Bretelles de suspension modèle 1892/1914: originales fabriquées après-guerre (11 trous), neuves de stock.
  • Bidon modèle 1935 : bidon original repeint, avec bouchon, housse et sangle en reproduction fabrication maison.
  • Musettes modèle 1892 : reproduction fabrication maison.
  • Chaussettes hautes et épaisses de laine: adaptées à votre pied et à vos chaussures.
  • Brodequins modèle 1917 : excellentes reproductions de brodequins fabriquées par le cordonnier italien « Andrée Roccon » (contact via facebook) et cloutées par mes soins. Andrea a 81 ans en 2020 et pourrait bientôt cesser son activité.
  • Brodequins modèle 1917 Bis : fabrication du magasin What Price Glory.
  • Bandes molletières britanniques : originales des années 1940, achetées sur eBay.
  • Fusil MAS 1936 (neutralisé selon normes en vigueur), second type. Cette version est d'après-guerre. Le peu de différence par rapport au premier type, la disponibilité et son prix font du second type une alternative tout à fait pertinente, à défaut d’être parfaite, pour la reconstitution historique en France 40.
  • Mousqueton Berthier m1916 (neutralisé selon normes en vigueur): fusil 100% d’époque.

Clément Danière

Instagram: clement.dnr

Sources et documentations: livre Bir Hakeim d'Erwan Bergot, Archives-ecpad.fr pour des photos, Le soldat français de 1940 de Bellec, Bir Hakim - Fondation de la France libre.

 

Consultez ici l'agenda des reconstitutions historiques.

Si vous aimez, partagez maintenant!

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Gauthier (dimanche, 29 novembre 2020 11:29)

    Super article très détaillé merci ! Beau travail !